Jávea.com | Xàbia.com
Rechercher

Creama analyse l'impact socio-économique de la deuxième vague de Covid-19 dans la Marina Alta

12 de janvier de 2021 - 12: 19

PACTE'MA à travers Creama a publié le deuxième rapport sur l'impact socio-économique du COVID-19 dans la Marina Alta. Ce document est disponible sur la page Rapports sectoriels du site web de l'Observatori Marina Alta.

C'est le deuxième rapport qui est réalisé dans le but de suivre l'évolution de cette situation exceptionnelle au sein du tissu économique et commercial de la région pour pouvoir évaluer l'impact réel de la crise à court, moyen et long terme provoquée par le COVID-19 dans ce groupe et dans la société, en général, dans la Marina Alta.

Au début du premier état d'alerte décrété (20 avril), CREAMA a lancé un questionnaire pour savoir comment la crise provoquée par la pandémie de covid-19 affectait les entreprises et les entreprises de notre territoire. Avec la participation du réseau commercial et d'affaires de la Marina Alta, il a été publié une étude où l'impact socio-économique des mesures mises en place avec la déclaration de l'état d'alarme a été analysé.

Deuxième étude après la pandémie

Avec le passage de la campagne d'été et avec les nouvelles mesures adoptées par les autorités compétentes, un nouveau questionnaire a été lancé en novembre à l'ensemble du tissu commercial de la région afin que nous
envoyer leurs avis sur la manière dont les entreprises et les entreprises soutiennent cette situation exceptionnelle et leurs impressions pour un avenir proche.

L'ensemble des informations collectées au travers de ces études permettra de réorienter les actions de promotion du développement local et de l'activité dans la région menées par CREAMA en tant que secrétariat technique de PACTE'MA, dans le cadre du projet Stratégie Marina Alta, subventionné par la GVA pour par Labora.

Afin d'obtenir des résultats, une méthodologie en ligne a été choisie via un lien web vers un formulaire qui a été envoyé aux entreprises participantes via les différentes agences de développement local appartenant à CREAMA et les différentes associations professionnelles de la Marina Alta. , qui a permis d'atteindre un niveau élevé de signification et de représentativité.

Lors de la comparaison des résultats des deux vagues, le timing des deux doit être pris en compte, ce qui permettra une lecture plus précise des différences observées dans les analyses reflétées dans ce document.

Alors que les travaux de terrain de la première vague (mai 20) se sont concentrés sur les 2 dernières semaines avant d'entrer dans la phase 1 de la désescalade, alors que le premier assouplissement des mesures de l'état d'alarme n'avait pas encore été mis en œuvre, le La phase d'enquête de cette vague (novembre 20) s'est déroulée dans une phase de «nouvelle normalité» où les efforts sont concentrés sur l'équilibre des mesures sanitaires avec la reprise économique des différents secteurs.

Sachant cela, nous pouvons souligner les considérations pertinentes suivantes sur l'état actuel de l'impact de Covid-19 sur les entreprises et le tissu commercial de la région.

La situation reste négative, même si elle s'est améliorée par rapport à mai. Ainsi, nous sommes passés de 92% (mai 20) à 79% (nov 20) des entreprises qui affirment que la situation causée par Covid-19 les a affectées négativement. De plus, 18% déclarent désormais que cela ne les a pas touchés, alors qu'en mai ce pourcentage n'était que de 5%.

Ces données s'expliquent par le fait que les répondants qui déclarent avoir fermé l'entreprise diminuent de 2 points de pourcentage - de 15% à 13% - ainsi qu'une légère diminution des dépenses - de 4% à 3%. réduire
les dépenses et les ventes augmentent - de 3% à 4% -. Nous insistons, la situation est toujours négative -4 entreprises sur 5 ont réduit leurs ventes-; cependant, la perception est d'amélioration par rapport au début de la crise.

10% des entreprises de la Marina Alta ferment en raison de la crise sanitaire

Concernant la situation actuelle de l'emploi de l'entreprise, il ressort que si, en mai, 43% étaient enclins à une fermeture complète de l'activité, elle ne représente plus que 10%, et est-ce, comme nous l'avons déjà mentionné, dans le Lors de la première vague, les restrictions à l'activité économique étaient beaucoup plus restrictives qu'aujourd'hui et le découragement était plus grand.

Une autre donnée qui reflète cette tendance positive est que 45% de l'échantillon indique que l'activité de travail reste normale, sans variations notables, alors qu'en mai elle n'était que de 21% du total.

À ce jour, 8 femmes d'affaires sur 10 de la Marina Alta ont dû faire des changements dans le développement de leur activité économique. Concernant la vague de mai, une plus grande généralisation de ce besoin est observée (environ 70% ont procédé à des changements en mai); logique, en revanche, si l'on prend en compte la plus grande activité pendant la période courante par rapport à celle subie pendant l'état d'alarme.

80% des entreprises de la région déclarent être affectées par la situation Covid-19

Ainsi, nous constatons que plus de 80% ont adapté leur entreprise / entreprise avec des mesures de santé préventives, près de la moitié ont réduit le temps de travail et environ 35% ont dû faire plus de publicité, réorienter leur stratégie ou incorporer des méthodologies non face à face.

En ce qui concerne la mise en place du télétravail, le fait que, dans 6 entreprises sur 10 de la Marina Alta, cette option ne soit pas possible reste déterminant. Sur les 40% restants, où ce type de travail est applicable, 83% l'ont mis en œuvre dans une plus ou moins grande mesure, et la moitié l'ont fait pour l'ensemble de leurs effectifs.

Cependant, parmi les difficultés de mise en œuvre de cette modalité de travail, l'accent est mis plus intensément sur les mêmes problèmes qu'en mai. Le secteur des affaires et du commerce est plus critique à l'égard de la gestion de crise menée par les administrations publiques dans cette deuxième vague par rapport à mai. Encore une fois, le gouvernement est la pire valeur et les conseils municipaux la meilleure institution publique.

Environ 6 entreprises ou entreprises sur 10 affirment connaître une mesure fournie par le gouvernement, la Generalitat Valenciana ou les conseils municipaux.

Nous avons pratiquement la même connaissance des mesures adoptées que lors de la vague de mai, à l'exception des mesures locales, qui augmentent leur degré de notoriété de 49% à 63%. Plus de la moitié de l'échantillon a affirmé dans les deux vagues qu'il leur était difficile ou très difficile d'accéder et / ou de comprendre les différentes réglementations publiées par ces entités.

En ce qui concerne le MOMENT ACTUEL, le tissu économique et commercial se distingue dans cette vague que l'aide n'est pas nécessaire dans une telle mesure dans la mise en œuvre des mesures de sécurité sanitaire et met en évidence la nécessité d'une aide financière - soit en aide publique à des crédits ou à des financements bancaires accessibles, flexibilité dans le paiement des impôts, ou programmes de promotion de l'activité. Avec la différence que dans cette nouvelle phase, ils en ont besoin de plus de 70%, contre 50% en mai.

En regardant vers le FUTUR, la vision reste pessimiste et les principales préoccupations liées aux problèmes de viabilité économique de l'entreprise ou de l'entreprise subsistent, qui persistent à l'heure actuelle - réduction des ventes / revenus, arrêt d'activité / fermeture problèmes commerciaux et de liquidité (dans les deux vagues, ils totalisent environ 70%).

Dans cette deuxième vague, les problèmes de respect du paiement des salaires sur le marché du travail diminuent, au préjudice d'une augmentation du gel des augmentations de salaire et des embauches, accompagnée d'un plus grand nombre de licenciements.

Concernant le rôle que les institutions publiques et privées doivent adopter face à une reprise économique rapide du secteur, là encore, comme facteur principal, elles demandent, entre autres, une aide publique efficace qui atteint tous et / ou qui tolère ou moins d'impôts, mais contrairement au mois de mai, dans cette nouvelle phase, la moitié de l'échantillon se démarque des deux propositions, alors que dans la première vague elle n'atteignait que 37%.

Ensuite, les aspects d'une reprise rapide se démarquent désormais grâce à davantage de facilités d'accès au crédit, à la promotion de la consommation locale, à davantage d'informations pour atténuer la peur de la société covid-19 et à une plus grande promotion du tourisme.

Enfin, parmi les actions que vous pouvez entreprendre en tant qu'entreprise ou entreprise pour vous aider à récupérer votre activité à court terme, il y a des campagnes promotionnelles, des offres et des remises, ainsi que des changements de stratégie commerciale pour
favoriser l'adaptation aux nouveaux modèles économiques (digitalisation ou vente en ligne, vente à domicile, ...).

D'autre part, une autre considération à prendre en compte est le fait même de résister aux conséquences économiques de la pandémie avec une volonté et des efforts accrus au travail et une réduction ou une maîtrise des coûts. Concernant le client, les actions visant à assurer la sécurité avec l'adaptation des mesures sanitaires dans l'entreprise, offrir un produit et / ou un service de qualité et fournir aux clients des facilités de paiement et d'horaire sont une autre des stratégies à prendre en compte. compte pour aider à votre rétablissement.

Telles sont les principales conclusions tirées des opinions et des données recueillies dans le cadre de la deuxième enquête sur l'impact socio-économique de la crise provoquée par la pandémie de Covid-19 sur notre territoire. Vous pouvez télécharger le rapport complet dans la section "rapports sectoriels" du web
www.observatorimarinaalta.org

Laisser un commentaire

    28.138
    1.933
    8.334
    605
    Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour vous proposer des publicités personnalisées et collecter des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre Politique de cookies.