Rifirrafe à Benitatxell avant l'expulsion des conseillers de Compromís

Le porte-parole de RED Benitatxell, Josep Femenía, a publié une déclaration dans laquelle il assure que le maire de Benitatxell, Miguel Ángel García, "Il a caché aux voisins, pendant un mois, que ses conseillers et lui ont été expulsés de son parti. Compromís a ratifié l'expulsion de Miguel Ángel García le 7 de janvier. Toutefois, elle n'a pas été rendue publique jusqu'à aujourd'hui. "

Femenía souligne que depuis le 7 de janvier "Des décisions vitales ont été prises pour la municipalité et celle-ci engage non seulement le budget actuel, mais également le fonctionnement de la ville dans les années à venir, sur la base d'un mensonge: ils ne sont pas conseillers de Compromís".

Le porte-parole de RED Benitatxell a décrit la performance de "Une insulte à la démocratie, une insulte aux voisins d’El Poble Nou de Benitatxell et une insulte à leur dignité. Il a montré qu'il se souciait seulement de la chaise. Au-dessus de la transparence, au-dessus de son parti et au-dessus d’être fidèle à la vérité. "

Josep Femenía Il indique également que, rien que pour la séance plénière extraordinaire célébrée aujourd’hui, 7 de février, "Lorsque le maire doit rendre compte des mesures prises au cours des derniers mois, a modifié le contenu de la demande des édiles de RED et PP afin d'éviter de remettre une copie de la documentation aux conseillers demandeurs".

Équipe d'intervention du gouvernement

Avant les déclarations de RED Benitatxell, le maire de la ville, Miguel Ángel García, et ses rédacteurs en chef, Maite Roldán et Jorge Pascual, ont assuré que leur expulsion de Compromís "Cela ne nous distrait même pas une seconde de la tâche gouvernementale que nous accomplissons. L'adresse à Valence nous a fait choisir entre les initiales et la ville. Nous sommes ici pour travailler pour notre municipalité ", a expliqué García, qui a souligné qu'il ne souhaitait pas entrer dans un bras de fer avec Compromís.

García a expliqué que "Aujourd'hui, nous sommes encore plus convaincus qu'avancer avec la motion de censure était la bonne chose à faire. Ce n'était pas une option, mais une obligation. Nous ne pouvions pas rester impassibles devant la mauvaise gestion et la paralysie du conseil municipal ".

Le maire a également assuré que ni lui ni ses deux camarades de Compromís n'avaient enfreint les statuts de la coalition. Ils ont été expulsés pour avoir accepté une motion de censure avec un transfuge. "Mais il y a une décision de justice qui indique clairement que Toni Colomer n'est pas un transfuge. Par conséquent, la raison utilisée pour l'expulsion n'existe pas. Nous n'excluons pas de présenter une ressource. Mais, bien sûr, nous n'allons pas entrer dans des controverses avec Compromís "dit Garcia qui a ajouté que "Le fichier a été pris par l'adresse nationale de Compromís, qui correspond donc à rendre public l'accord qu'ils ont adopté, donc nous n'avons rien caché."

articles connexes

Commentaires sur «Rifirrafe à Benitatxell avant l'expulsion des conseillers de Compromís»

*

25.141
1.513

Ce site utilise des cookies pour vous d'avoir la meilleure expérience utilisateur. Si vous continuez à vous parcourir donnez votre consentement à l'acceptation des cookies mentionnés ci-dessus et l'acceptation de notre Politique de cookiesCliquez sur le lien pour plus d'informations. Fermer