Jávea.com | Xàbia.com
Rechercher

'Rafael Andarias, romancier d'Alicante', de Juan Bta. Codina Bas

13 juin 2021 - 00: 09

Rafael Andarias est un médecin qui cultive sa passion pour l'écriture, l'art et le roman à ses heures perdues. Son point de vue médical signifie qu'il doit avoir l'œil dit clinique qui lui fait prendre des décisions très importantes en quelques secondes et ces particularités se manifestent en permanence dans sa trajectoire personnelle.

Rafael fait la distinction entre histoire et roman, et s'en sort bien car ils n'ont pas le même objectif. En 1992, à l'occasion du Ve Centenaire de la découverte de l'Amérique, j'ai écrit un roman sur le voyage de Colomb vers et depuis l'Amérique, d'environ 600 pages, et je l'ai soumis à un concours littéraire organisé à Murcie où il s'agissait d'un finaliste, après le premier prix et le deuxième prix. L'organisation m'a invité au dîner de remise des prix avec ma femme et un membre du jury a porté ma copie sous son bras dans une simulation de décisions simulées pendant que nous dînions.

Dans cette simulation, ils disaient par haut-parleurs les copies qu'ils sélectionnaient, d'abord dix, puis cinq, puis trois et à la fin le prix et le deuxième prix. Quand ils ont lu les trois derniers, ils ont nommé mon roman ; alors non plus.

Après le dîner, je me suis approché du membre du jury qui avait porté mon travail sous son bras et lui ai demandé ce qu'il pensait de mon travail. Sa réponse fut : « l'historien est plus perceptible que le romancier ». C'était d'un côté un compliment mais de l'autre une déception.

À une autre occasion, j'ai demandé à Jesús Moncho ce qu'il fallait faire pour qu'un roman soit un succès, m'a-t-il dit, dans un roman, il faut toujours mettre un conflit et trouver comment résoudre ce conflit. La vérité est que je n'ai pas la créativité dont vous avez besoin pour écrire un roman, ce que j'admire chez Rafael Andarias, qui à travers Living Chess ou le scénario du film et même dans son activité de réalisateur de courts métrages, montre une corvée idéale pour la romance.

Cela vient du fait que Rafael a su avec les données historiques, ce qui est nécessaire, faire une fiction crédible soutenue par les événements qui se sont produits à la fin de la guerre civile à Alicante, avec des situations d'espionnage et d'histoire d'amour qu'il a comme Ce centre s'appelait l'hôtel Reina Victoria mais qu'avec l'avènement de la République, le mot monarchique était un terme contesté et non politiquement correct, ce qui est maintenant dit et supprimé du nom.

Le livre a été présenté à la Foire du livre à cinq heures de l'après-midi. Ils ont dit qu'ils ont remercié les participants d'avoir renoncé à la sieste, mais l'historien Juan Martínez Leal et Rafael Andarias ne se souvenaient pas du poème de Lorca de « À cinq heures de l'après-midi », où l'on raconte la capture et la mort d'Ignacio Sánchez Mejías, et que les toreros placent la cible de leur passe-temps à ce moment-là. La présentation a eu lieu sur la place Seneca entre les peintures murales d'Emilio Varela Isabel et Gastón Castelló Bravo.

Rafael nous a dit qu'il s'agit d'un roman très alicantin dans lequel le « congé d'Alicante » peut être apprécié ainsi qu'avec le roman, un itinéraire pourrait être formalisé à travers les différents scénarios de la ville qui ont été les protagonistes des cinq derniers jours de la guerre civile. guerre.

L'auteur a cherché à satisfaire ses désirs d'un roman pour le faire réfléchir et en même temps augmenter sa culture et ses connaissances, et je pense que ces deux idées sont évidentes dans son travail. Dans la réflexion qu'il lance et qui a été soulignée par le présentateur Juan Martínez Leal, celle de nous ne le referons plus !. Nous, les Espagnols, sommes divisés et ce qui s'est passé n'a pas encore été surmonté et que, comme l'a proposé l'universitaire et le Prix Prince des Asturies, Antonio Muñoz Molina, en 2009, nous avons besoin d'un grand Pacte d'État sur notre guerre civile. Espérons que cette amélioration soit atteinte !

Le roman est lu avec plaisir et intérêt à savoir ce qui arrive à la protagoniste, l'archéologue María, qui, camouflée en journaliste suisse Karl, arrive à Alicante pour visiter le nid d'espions dans lequel se trouve l'hôtel Victoria de ces années-là. Très bonne lecture maintenant qu'il est temps de profiter de la chaleur en bord de mer ou près des montagnes. Je pense que cela peut être un objet d'intérêt de l'amener sur les écrans du monde du cinéma.

Laisser un commentaire

    28.803
    2.034
    9.411
    829