Opinion José Chulvi: «Des raisons de fêter. 40 années de conseils municipaux démocratiques »

Les anniversaires des enfants sont toujours tournés vers l'avenir. Ils sont sommatifs, optimistes, cumulatifs. Ils sont en croissance. Les anniversaires de nos grands-parents reviennent en arrière. Ils sont nostalgiques, réfléchissants, sereins. Ils sont un résumé qui s'étend dans le temps.

Mais entre les deux, à maturité, les anniversaires vont et viennent. Nous avons assez de voyages pour l'examiner avec fierté et assez de vie pour nous projeter vers tous les futurs possibles. Nous sommes en vie entre deux fois, et c'est excitant.

Il existe aujourd'hui des années 40 de conseils municipaux démocratiques. Quatre décennies au cours desquelles le pouvoir a lentement évolué, passant de la verticalité du noir et blanc à une conception horizontale, de voisins égaux et voisins, de portes ouvertes, d'imposition changeante par des accords et par égoïsme pour le bien commun.

L’avance est extraordinaire mais elle n’a pas été facile ni complète. Ensemble, nous avons amélioré ce pays, même s'il y a eu des zones d'ombre que nous ne pouvons pas oublier: des erreurs et des écarts qui n'invalident pas le travail dans son ensemble, mais qui nous obligent à ne pas être satisfaits pour le moment. Dans cette nouvelle phase de maturité démocratique, il y a encore matière à amélioration.

En outre, les conseils municipaux ont été l’institution la plus proche de la citoyenneté et la première responsable de nos conditions de vie quotidiennes. Loin du bruit des gros titres, c’est dans les consistoires locaux que les gens ont trouvé une réponse à leurs besoins les plus immédiats: la lumière de notre rue, une aide pour les personnes dans le besoin, une urgence qui ne pouvait attendre lundi, un modèle de ville habitable dans laquelle nous avions tous une place et dans laquelle la diversité et la liberté étaient toujours une valeur sans craintes.

À Xàbia, où j'ai l'honneur d'être maire, ces quarante années ont vu des dizaines d'hommes et de femmes partir au service de leur peuple. Sous des acronymes et des idéologies différents, avec des projets parfois contradictoires, mais toujours avec quelque chose en commun que nous devons valoriser: le désir de faire prospérer la communauté et le profond respect de ce que représente l'institution locale. Enrique Bas, Juan Moragues, Jaime Sapena et Eduardo Monfort, ce sont des personnes à qui nous devons - ainsi qu'à leurs équipes - les progrès de cette époque et le fait que Xàbia est une communauté harmonieuse qui reconnaît et respecte ses racines. Comme nous le devons aux centaines de fonctionnaires qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour faire fonctionner l’hôtel de ville.

Des étapes hésitantes du début (où tout était nouveau, stimulant et incertain) à la consolidation que nous connaissons aujourd'hui (où nos problèmes sont d'une autre nature). Avoir la confiance de mes voisins pour participer à cette histoire d'effort est quelque chose d'extraordinaire et j'apprécierai toujours. Et je ne peux pas oublier maintenant les personnes qui sont avec moi depuis 2011 et qui ont rendu tous les succès possibles. Un groupe de bonne volonté, généreux et fiable. Un groupe.

Parfois, quarante ans semblent être la vie entière. Une éternité qui ne peut être ni mise en péril ni modifiée. Solide et intemporel comme le Montgó. Mais l'histoire nous enseigne que ce n'est pas comme ça. Les avances coûtent cher, mais elles peuvent disparaître d'un coup. C’est pourquoi aujourd’hui, alors que les populismes de plus en plus jeunes s’accroissent (mais ils sont si vieux), il est nécessaire de renforcer nos convictions démocratiques. C’est pourquoi, aujourd’hui, nous devons défendre fermement toutes les mesures que nous avons prises jusqu’à présent en matière de droits et de libertés et nous devons établir un grand pacte, au-delà de l’acronyme, pour fermer les portes à tout retour dans le passé. Surtout si cela signifie retourner à une tristesse que nous avions déjà surmontée.

Au contraire, chers amis, les anniversaires sont à célébrer. Et nous avons toutes les raisons de le faire avec joie, avec conviction, entourés de notre peuple et surtout de la ville que nous voulons. Dans un endroit qui est aujourd’hui un exemple de bon travail et de bonnes nouvelles de la Communauté valencienne.

Como Maire de Xàbia, Je vous souhaite un joyeux anniversaire d'Auyuntamientos démocratique.

Jose F.Chulvi espagnol
Maire de Xàbia

articles connexes

Commentaires sur "Opinion José Chulvi:" Des raisons de célébrer les années 40 de conseils démocratiques "

*

25.709
1.599

Ce site utilise des cookies pour vous d'avoir la meilleure expérience utilisateur. Si vous continuez à vous parcourir donnez votre consentement à l'acceptation des cookies mentionnés ci-dessus et l'acceptation de notre Politique de cookiesCliquez sur le lien pour plus d'informations. Fermer