Jávea.com | Xàbia.com
Rechercher

Nouveau au revoir à une entreprise historique à Xàbia

31 juillet 2022 - 06: 59

Une nouvelle entreprise rejoint la liste des entreprises historiques qui ferment leurs portes à Xàbia. A cette occasion, non seulement les 46 années au service de sa fidèle clientèle ont été la fin, mais aussi la grave crise sanitaire due au coronavirus a fait baisser définitivement le store.

Le nouvel adieu a été pour le magasin 'Hilde', situé dans le centre historique de Xàbia et qui ne vendait que des articles en cuir. Ses débuts remontent à 1976, il y a près d'un demi-siècle.

Au cours de ses 46 années à la tête de l'entreprise, il y a eu de nombreux bons et mauvais moments. Brigitte Kratzer et Hilde nous racontent beaucoup de leurs souvenirs dans ce xicotet endroit. 'Hilde-Fur Fashion' C'était une entreprise locale, par conséquent, ses fidèles clients sont devenus des amis privilégiés.

46 ans d'amour et de dévouement

Le magasin a ouvert ses portes le 16 octobre 1976 par Hilde et son mari. Tous deux étaient enthousiasmés par ce nouvel endroit qui a montré la force de survivre. Et c'est que, quelques mois après son ouverture, un tragique accident de la circulation a mis en péril le sort de l'entreprise. Les fondateurs ont été victimes d'un accident de voiture, mais le désir d'avancer dans la vie et au travail s'est imposé.

Hilde a été paralysée pendant une longue période et son mari a perdu la vie, mais la famille Kratzer n'a jamais abandonné. L'entreprise a continué après le rétablissement d'Hilde et avec l'aide de sa fille Brigitte, qui des années plus tard a repris le magasin.

Une nouvelle génération fait partie du magasin spécialisé dans la maroquinerie. Une entreprise qui a vécu à près de 100% du tourisme, précise le propriétaire, qui ajoute que "nos clients étaient à 80% des étrangers, venus d'Allemagne, de Suisse, d'Angleterre et de Belgique où il est plus courant de porter ou porter de la maroquinerie". De même, Brigitte rappelle affectueusement que ses clients lui ont été fidèles année après année « et qu'ils se sont aussi transmis de génération en génération, venant acheter les enfants et xicotets-enfants des premiers clients qui sont déjà de grands amis ».

Sans aucun doute, les bons moments, les bons souvenirs sont ceux qui l'emportent sur les mauvais. L'amour du métier est ce qui le fait vivre. Et c'est qu'en 46 ans, beaucoup de choses se sont passées et il y a eu beaucoup de changements, auxquels 'Hilde' a essayé de s'adapter et d'aller de l'avant.

Les crises économiques, les travaux dans le centre historique, la création de grands centres commerciaux ou les achats en ligne ont, à plusieurs reprises, mis les xicotetes entreprises sur la corde raide et dans de nombreux cas, elles ont chuté.

Brigitte a fait face à ces circonstances : "Je me souviens quand les travaux dans le centre historique, j'ai chargé la camionnette et je suis allé à Balcón al Mar pour livrer les produits à mes clients car ils ne pouvaient pas entrer dans la ville. Ou comment s'adapter, à modération base, aux nouvelles technologies pour vous faire connaître sur les réseaux sociaux". Des actions qui sont laissées pour compte, mais qui ne sont pas oubliées.

Mainvan tindre l'illusion d'une entreprise familiale ne dépend que du désir, de l'effort et du dévouement des générations suivantes. Le changement de génération est important dans une entreprise locale et à 'Hilde' jusqu'à trois générations sont venues travailler (le fondateur, la fille et la xicotete-fille), mais finalement ils ont dû mettre le signe fermé pour ne pas pouvoir assister 100% à ses clients.

"La pandémie de coronavirus a provoqué la fermeture de plusieurs des entreprises de mes fabricants, je ne pouvais plus proposer le produit de qualité que je vendais depuis 46 ans. Mes clients venaient chercher le meilleur et si je ne pouvais plus le proposer, j'étais ne va pas tricher avec des articles de qualité similaire ou pire, alors j'ai pris la décision de liquider et de dire au revoir », explique Brigitte.

Une décision difficile et avec laquelle après plus d'un an à avoir l'idée, l'ancien manager se sent toujours "étrange" de ne pas ouvrir tous les jours, "bien que jour après jour je me souvienne des bons et amusants moments de toutes ces années".

Maintenant, 'Hilde' dit au revoir, laissant un vide dans l'un des principaux centres urbains et marquant un avant et un après dans la vie de Xàbia. Le sort de ce lieu et de ceux qui ont fermé reste en suspens : bien qu'ils soient aujourd'hui vides, ils devraient être occupés prochainement pour faire revivre le centre historique de la ville.

Commentaires 7
  1. Luis dit:

    Il suffit de voir les hordes de touristes pour voir à quel point nous, les humains, sommes stupides et cruels. Ou la construction et la spéculation immobilière touristique massive qui détruit la société réelle et l'environnement, vous ne pensez pas ?

  2. Miquel dit:

    Êtes-vous à la retraite ou avez-vous été à la retraite? La mairie veut cette place à tout prix avec une belle somme d'argent qu'ils prendront très bientôt à la retraite.

  3. Godfrey dit:

    C'est dommage qu'une entreprise avec une telle tradition et une telle famille dirigée par des gens aussi gentils, éduqués et aimés disparaisse. C'est le travail et la richesse qui ont disparu et ce n'est bon pour personne, encore moins pour le peuple. Désolé.

  4. Pierre dit:

    Il me semble très bien que le commerce de vente d'articles en peau d'animal soit en train de disparaître. Il existe d'autres alternatives commerciales sans cruauté.


28.803
2.027
9.411
801