Garzón et Falciani débattent à Xàbia de fausses informations

Le magistrat Baltasar Garzón et l'ingénieur Hervé Falciani ont débattu hier à Xàbia de la faux Nouvelles (False News) dans le cadre du cours d'été de l'Universitat Politècnica de València (UPV), «Déconstruire la réalité. Impact des fausses nouvelles et de la post-vérité ».

Avec Garzón, Falciani et Pablo Lara, ils sont apparus dans la salle plénière du Javea Town Hall, en présence de son maire, José Chulvi et Antonia Ferrer, directrice de la chaire.

Le juriste a souligné que "Il est temps que les gouvernements se penchent sur la question des fausses informations et ne les exploitent pas, car il arrive aussi que ces dynamiques soient favorisées". De même, Pablo Lara, professeur à l’UOC (Université ouverte de Catalogne) a souligné que faux Nouvelles ne comprend pas la géographie, «Des experts de tous les domaines (juridique, commercial, gastronomique et technologique) ont pris part à cet entretien, mais des personnes manquent à l'appel, quelqu'un se demandera où se trouvent Google ou Facebook, ce n'est pas parce qu'ils n'ont pas été invités, ils ne veulent pas participer».

Garzón: "Le 90% du discours de VOX étaient de fausses déclarations"

Le magistrat Baltasar Garzón a parlé de l'affection des médias pour les fausses nouvelles; "Il y a des moyens qui résistent, d'autres sont nés pour la manipulation et au milieu se trouve l'explosion numérique qui sert de lien vers de fausses nouvelles. Ces derniers moyens discriminent l'information et certains se nourrissent de cette nouvelle manipulée et annulent la capacité de débat ».

Garzón a mentionné le parti politique VOX, «En campagne électorale, le 90% de son discours étaient de fausses déclarations. Sur cinq nouvelles, quatre étaient fausses. On ne sait pas où se trouve la liberté d'expression. Dans d'autres pays, comme la France et l'Allemagne, des mesures ont été prises ».

Pour Garzón, "Le problème, c’est que l’important dans une nouvelle est de devenir un sujet tendance, et non si cela est vrai ou non. Légalement, pour y répondre, nous avons besoin d'un cadre mondial que nous n'avons pas encore. Mentir par la routine n'est pas la liberté d'expression ".

Garzón a ajouté que de fausses nouvelles font du mal à beaucoup de gens, «La première chose à faire est de faire appel à la responsabilité de ceux qui ont la fonction publique comme une obligation. La fonction publique implique des situations d’éthique, de gestion publique, de développement et d’informatique qui peuvent être défavorables. "

Baltasar a déclaré qu'une étude de l'Université Complutense de Madrid avait déterminé que 86% des gens ne savaient pas comment distinguer une information fausse ou vraie et 76% souhaitait partager de fausses nouvelles plutôt que de vraies nouvelles. «Dans les tabloïds, il est beaucoup plus rentable d'introduire des informations sensationnalistes plus éloignées de la vérité et quand Internet entre en jeu, il est préférable de devenir viral et de créer une tendance»Il a dit.

Falciani: "Répondre ou nier une fausse nouvelle, c'est aider à la diffuser"

Pour sa part, Hervé Falciani a souligné que ce phénomène suppose "Une opportunité pour le journalisme d'investigation, après une étape dans laquelle le monde était rempli de médias, le danger était de répéter les informations et de ne concurrencer que pour obtenir les informations avant les autres".

L’ingénieur système italo-français de la banque HSBC, qui a contribué à dévoiler les mécanismes permettant à 130.000 d’identifier les fraudeurs potentiels, a rappelé que "Répondre ou nier une fausse nouvelle, c'est aider à la diffuser", circonstance que Garzón a décrite, dans certains cas, comme "Irresponsable, car cela génère un débat par réaction qui empêche les gens de parler de ce qui est vraiment important".

Dans tous les cas, Falciani est "Enquête avec l'UPV sur le phénomène de conversion: comment des millions de likes 2 deviennent un achat ou un vote"Parce que "Mesurer la force de ce pouvoir nous donnera la possibilité de trouver un antidote."

Dans l'après-midi, Pedro Duque, ministre des Sciences, de l'Innovation et des Universités, et Rosa Pérez Garijo, consellera de la participation, de la transparence, de la coopération et de la qualité démocratique, ont clôturé la conférence. "Déconstruire la réalité. Impact des fausses nouvelles et de la post-vérité " à côté d'un débat avec Nacho Calle (Maldita.es), Lorena Baeza (Newtral), Garzón et Falciani.

articles connexes

Commentaires sur «Débat entre Garzón et Falciani à Xàbia au sujet de fausses informations»

Commentaires 9

    • erika:

      Et qu'est-ce que ça vous fait si nous voulons nous rencontrer? Allez, je dis que vous allez rencontrer qui vous voulez et personne ne vous embête! Qu'est-ce que vous voulez entrer dans la vie des autres, wow! Vous n'avez rien de plus constructif et intéressant à faire?

    • erika:

      Iowa, je ne sais pas qui vous êtes, je ne veux pas savoir non plus, je veux simplement connaître la raison pour laquelle vous devez dire à Miguel "de ne pas faire confiance". Cela vous dérange-t-il que nous nous rencontrions pour faire connaissance? Vous vous souciez de quoi? Est-ce que nous sommes entrés en contact avec vous à un moment de votre vie privée? Vous pouvez rencontrer qui vous voulez, vous pouvez être sûr que nous n'allons pas gâcher avec vous, ni avec des amis ou des connaissances avec qui vous vous rencontrez. S'il vous plaît, un peu de respect pour les autres!

    • Fernando:

      Cher Miquel.Erika et tous ceux qui t'écrivent, nous avons inauguré quelques rencontres brèves mais intenses pour nous laisser aller face à l'avalanche d'injures et de déchéances - qui nous mènera au paradis si tu veux rejoindre mon téléphone esxNUMX. Merci.

  1. erika:

    Comme il est curieux que, selon Garzón, "le discours de Vox - littéralement - au cours de la campagne électorale, le 90% de son discours était de fausses déclarations." Curieusement, il ne mentionne pas la thèse de doctorat selon laquelle, malheureusement, à ma modeste compréhension, sera le prochain président de l’Espagne, le "docteur" Sánchez. Tous les autres mensonges que ce "docteur" a relâchés tout au long de sa trajectoire météorique. Et tout ce qu'il a promis et, bien sûr, n'a pas rencontré M. Chulvi? Obtenons-nous des promesses non tenues et des mensonges du PSOE - et d’autres, bien sûr - des archives du journal? Amos marche!

    • Marciano:

      Et les thèses, les maîtres, les carrières, etc. de vos concombres idolâtres? et les promesses des autres? et combien d'argent avons-nous été volés? et combien de milliers de personnes se trouvent dans des fossés grâce à vos fascistes idolâtres? J'en ai assez des concombres et des voxers qui reprochent et assaillent les autres de ne pas connaître une autre méthodologie du dialogue social, en tant qu'inventeurs de mensonges, de préjugés, de calomnies, de corruption, de manque d'objectivité et de descerebro total. Allez, allez maintenant!

      • erika:

        Je suis désolé, Martien, mais la haine, la rancoeur et la partisanerie suscitées par votre commentaire ne méritent aucune réponse. Et pas parce que je ne l'ai pas, mais parce que je ne suis pas disposé à entrer dans de telles voies. Merci

*

26.267
1.614

Ce site utilise des cookies pour vous d'avoir la meilleure expérience utilisateur. Si vous continuez à vous parcourir donnez votre consentement à l'acceptation des cookies mentionnés ci-dessus et l'acceptation de notre Politique de cookiesCliquez sur le lien pour plus d'informations. Fermer